top of page
  • Photo du rédacteurChloé Giradot-Moitié

Crise budgétaire du Département : la logique antisociale du gouvernement

La session d’aujourd’hui est exceptionnelle et s’inscrit dans un contexte de crise pour les départements. Nous allons beaucoup parler, à juste titre, de finances publiques et de décentralisation. 


Mais on a envie de s’interroger. Cette crise n’est pas qu’un sujet finances publiques ou de décentralisation même si évidemment nous reviendrons sur ces enjeux lors de cet session. 




Cette crise n’est-elle pas symptomatique d’une crise bien plus grave que nous sommes en train de vivre ?

En ignorant et en asséchant le budget des départements, on assèche les politiques sociales et on met de côté les plus fragiles. On leur dit qu'ils ne sont pas importants, qu'ils ne sont pas prioritaires.

Cette crise bien plus grave c'est celle d'une société qui perd de son humanité.

 

D'abord avec une idéologie anti-pauvre de plus en plus marquée

Algorithme de la CAF qui ne cible par les pauvres mais les fraudeurs

L'omniprésence du sujet de la fraude sociale

·       Dérisoire par rapport au non recours

·       Dérisoire par rapport à la fraude fiscale

C'est aussi bien sûr cette idée qu'il suffit de traverser la rue pour avoir un emploi, qu'il faut encourager les premiers de cordées…

Alors que nos politiques sociales devraient assurer et pérenniser les conditions permettant l’épanouissement des individus compte-tenu du manque de moyens, nos politiques créent malgré elles, des situations de souffrances et d’indignités pour les publics et les professionnels.

 

Les enseignants, les soignants ou les policiers disent tous qu’ils ne peuvent plus exercer notre métier dignement.

 

C’est cet état que décrit Cynthia Fleury quand elle dit qu'on nous nous sommes mis à produire de l'indignité de manière structurelle.

 

Cette perte d'humanité c'est aussi le projet de loi immigration

AME aide médical d'Etat, non sens pour la santé, non sens d'un point de vue éco

Inégalités dans l'accès au droit avec un conditionnement pour les allocations familiales ou l'aide au logement

Pouvoir discrétionnaire du préfet pour les régularisation,

Un texte dont une députée RN disait hier soir "On se réjouit qu'il reprenne un nombre considérable de proposition de Marine le Pen"

Associations sidérés, "KO debout".

 

Cette perte d'humanité se manifeste également dans l'inaction face au changement climatique dont on le sait, les plus pauvres sont en premières ligne

Les décideurs s'imaginent certainement que l'argent les protège.

L'Etat est condamné pour inaction climatique, aucune des trajectoire de baisse de nos émissions n'est respectée et c'est pourtant notre destin et celui des générations futures qui est en jeu.

 

On le sait, on le sens, il est difficile de se projeter dans un avenir radieux et la tentation peut être celle du repli sur soi ou de trouver des bouc émissaire.

Cette ambiance est angoissante. Les réseaux sociaux et les chaînes de télévision renforcent les clashs et les polémiques alors que nous avons besoin de nuance et d’attention aux autres.

Récemment dans la vidéo d’un travailleur social du département : “Quand on a cette petite illumination chez les gens c'est juste merveilleux, on a l'impression d'avoir changé le monde à notre échelle.” Oui, en Loire-Atlantique, on ambitionne de changer le monde à notre échelle. La solidarité est notre projet et ce ne sont pas les difficultés budgétaires qui viendront entamer notre détermination. 

Comments


bottom of page