top of page
  • Photo du rédacteurLaurent Dubost

Bidonvilles : le département soutient les terrains d'insertion temporaire

Session budgétaire 26 mars 2024


Mme la Présidente, chers collègues 


Parmi les actions présentées par le Vice-Président Jérôme Alemany, j’ai bien noté celle relative à la résorption des bidonvilles. 

L’agglomération nantaise est particulièrement concernée avec plus de 3000 personnes vivant dans des bidonvilles dont un très grand nombre d'enfants et d'adolescents.   Le Département a prévu de participer à la mise en œuvre de terrains d'insertion temporaire (TIT) afin de permettre à quelques dizaines de familles d'entrer dans un parcours d'insertion.  

Dans le respect de ses compétences obligatoires, le département apportera un appui essentiel qui consistera en un accompagnement social de proximité des familles participant ce projet. 

 



Pour disposer d'informations plus précises sur le projet de terrain d'insertion temporaire devant être créé à Orvault, je note que la Métropole apporte 85% de l'investissement et l'Etat 2,5%, le solde étant à la charge de la commune, avec l'aide éventuel du Département, puisque le dossier est en cours d'instruction. On parle d'un budget d'investissement de l'ordre de 1, 2 M€ HT pour 9 logements d'insertion. 

La métropole et la commune financeront également un poste de chargé de projet (cadre A) et les frais de gestion locative et d’entretien du site. 

Le Département financera, de son coté, une mission de suivi social spécifique et les équipes des EDS pourront être sollicitées.

Tous ces partenaires souhaitent ardemment la réussite de ces TIT (au pluriel car il existe un second projet à st Herblain) et la réussite du parcours d’intégration de leurs occupants...... car il n’est plus temps de procrastiner. 

 

Encore une fois et alors que la mise à l'abri constitue une responsabilité régalienne, l'Etat ne participe que très, très, très modestement au financement des terrains d'insertion (2,5%) laissant aux collectivités locales le soin d’essayer de résoudre cette problématique. 

 

Si on revient à la racine de cette problématique, il faut constater que l'agglomération nantaise occupe la 2ème place sur le plan national, quant à la présence de familles vivant en bidonvilles, s’agit-il d’une résultante de l’attractivité générale de la métropole ou bien d'une attractivité spécifique à certaines activités et type d’emploi, la question mériterait d’être étudiée ! 

 

De même, la création de TIT moins éloignés des lieux d’activités est une solution de bon sens… merci aux maires présents dans cet hémicycle pour leurs prochaines initiatives. 

 

 

2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page