top of page
  • Photo du rédacteurLouise Pahun

Nouveau dispositif de soutien aux centres socioculturels et aux espaces de vie sociale

Les associations, lieux d’expression citoyenne, de lien social et d’humanisme, sont un des piliers de la société et de la démocratie, Louise Pahun tenait à le rappeler




Les centre-socio-culturels et les espaces de vie sociale proposent des activités éducatives, solidaires, culturelles, intergénérationnelles, familiales et bien d'autres encore.

Cette vie associative est précieuse pour le lien social et la dynamique des territoires.

Cette vie associative est même cruciale pour notre démocratie.


Je souhaitais bien évidemment saluer le dispositif que tu présentes Danielle car c'est une très belle illustration de la confiance que le CD renouvelle envers les acteurs et actrices de la vie associative.

Cette confiance se manifeste de manière très concrète par la mise place d'une subvention de fonctionnement générale, qui libère du temps aux bénévoles et aux professionnels : moins d’heure à passer à remplir de la paperasse, plus de temps les actions menées sur le terrain ! Cette délibération prend l'exact contre-pied des assauts menés par le gouvernement qui cherche à museler une vie associative qui semble le déranger de plus en plus. J'en veux pour quelques exemples :

  • La mise en place du CER par lequel l'administration s'octroie un droit de vie ou de mort sur les associations qui peuvent se voir retirer, de manière tout à fait arbitraire, les subventions pourtant votées par les élus des collectivités territoriales.

  • J'en veux pour exemples les entraves à l'égard des associations qui s'occupent de la protection de l'environnement ou de l'accueil des réfugiés.

  • J'en veux pour exemple les attaques à la Ligue des Droits de l'Homme menées par le ministre de l'Intérieur qui a conduit le président de la LDH à tenir des propos d'une gravité inouïe ; je le cite : "Hormis la période de l'Occupation, nous n'avons jamais été attaqués aussi frontalement par un gouvernement".

  • J'en veux enfin pour exemple le retrait récent de l'agrément de l'association Anticor qui était habilité à porter plainte au nom de l'intérêt général en matière de délinquance financière et de lutte contre la corruption.

  • ((Au sein d'Anticor, des professionnels du droit et de la justice enquêtent notamment sur les affaires de prise illégale d'intérêt visant le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, ou encore de prise illégale d'intérêts, de favoritisme et recel de favoritisme portant sur les marchés passés par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques dont celui de 19 millions d'euros de la flamme olympique)).

Où va-t-on quand on cherche à faire taire la voix des associations qui "dérangent" ? La mise au ban d'associations historiques et reconnues est le signe d'une dérive autoritaire. (Vladimir Poutine n'a pas fait autre chose lorsque qu'il a grignoté petit à petit jusqu'à son interdiction les droits de l'association Memorial, une association qui faisait la lumière sur les crimes commis pendant le régime soviétique.)

Le fonctionnement d'une démocratie qui est saine repose sur l'existence de contre-pouvoir et les associations remplissent précisément ce rôle.


Alors à notre échelle, en tant que conseillers départementaux d'une majorité de gauche de Loire Atlantique, ce soutien envers les centres socio-culturels et les espaces de vie sociale veut renouveler la confiance entre la collectivité et les acteurs et actrices de la vie associatives et rappeler à quel point cette vie associative est un pilier de notre société et de notre démocratie.















8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page