top of page
  • Photo du rédacteurChloé Giradot-Moitié

Pas de nouveaux projets routiers en Loire-Atlantique !

Session budgétaire 27 mars 2024


Monsieur le Vice-président, cher Freddy, ce rapport témoigne de l'engagement de longue date de notre collectivité sur le 0 artificialisation nette. Il témoigne aussi du volontarisme pour le développement de la pratique cyclable, du covoiturage et des mobilités douces qui sont des engagements forts de notre collectivité, portés par Freddy et dont nous pouvons nous féliciter. Le groupe écologiste s'abstiendra néanmoins sur ce rapport. En effet, comme nous l'avions exprimé l'année dernière, nous continuons à penser que nous n'avons pas besoin de nouvelles routes en Loire-Atlantique.


Nous restons dans l'incompréhension face à la volonté en 2024 de construire des routes alors que la crise écologique est si grave et que nous ne parvenons pas à l'enrayer.



Je veux d'ailleurs exprimer une inquiétude particulière concernant le contournement de Machecoul et les 35 hectares de zones humides que le projet prévoit d'impacter. Il est prévu de compenser, mais nous, nous avons aujourd'hui suffisamment de retour d'expérience pour savoir que la compensation ne fait pas de miracle et qu'une perte écologique n'est jamais réellement compensée. Encore moins quand elle contribue à faire rouler toujours plus de véhicules sur nos routes.


Pour autant, il me serait douloureux de laisser penser que nous n'adhérons à aucune des orientations présentées dans ce rapport. Et je sais que les services sont très engagés pour atténuer les impacts environnementaux des routes. Vous me permettrez de citer quelques actions concrètes telles que la Renaturation avec une vingtaine de sites depuis 2020, le système de qualification environnementale qui permet d'identifier des zones à fort enjeu environnementaux pour y apporter un entretien différencié sur le fauchage, le curage des cours d'eau, les haies, le travail mené pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées à nos travaux routiers. Nous en parlions hier.


Ou la décarbonation du bac de Loire, ou encore au travail mené avec l'appui du Cerema sur les collisions avec la faune et la restauration des continuités écologiques. Comme l'a dit Ugo tout à l'heure, nous sommes impatients de voter pour un budget mobilité dont les montants dédiés aux mobilités actives dépasseront celles consacrées aux routes et aux camions.

 




 

 



0 vue0 commentaire

Kommentare


bottom of page