top of page
  • Photo du rédacteurGroupe écologiste de Loire-Atlantique

Soutenons le peuple ukrainien, n’importons plus de gaz russe !

Samedi 5 mars, un méthanier transportant du gaz liquéfié venu de Russie a débarqué à Montoir-de-Bretagne. L’entreprise française TotalEnergies qui importe ce combustible fossile est très implantée en Russie et a refusé de se désengager de ses activités contrairement à d’autres entreprises pétrolières comme BP (Grande-Bretagne), Eni (Italie), Equinor (Norvège) et Exxon (USA).


L’association Greenpeace a tenté d’entraver l’amarrage du vaisseau qui avait été refoulé d’Angleterre où les dockers, en solidarité avec l’Ukraine en avaient déjà bloqué le débarquement.


Le Groupe Écologiste au Département de Loire-Atlantique remercie les militantes et militants de Greenpeace pour leur engagement et leur rôle d’alerte. Alors que les peuples et les gouvernements européens dénoncent l’invasion de Poutine, nous continuons, à financer la guerre à travers nos factures. L’explosion des cours due à la guerre d’invasion que mène Poutine en Ukraine lui permet d’augmenter la valeur des exportations russes en Europe. Pendant ce temps, les bombes pleuvent sur le sol ukrainien et des centaines de milliers de personnes tentent de les fuir.


« Nous sommes solidaires du peuple ukrainien et bouleversés par cette guerre qui éclate en Europe. Les sanctions financières vis-à-vis de la Russie sont un de nos seuls moyens d’agir mais elles auront des répercussions sur la vie de tout un chacun. Il faudra répartir les efforts pour faire face et ancrer notre solidarité dans la durée. » signale Laurent Dubost, co-président du Groupe Écologiste au Conseil départemental.

La situation actuelle éclaire d’un jour nouveau la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie. Comme le prévoyaient depuis plusieurs décennies les spécialistes de l’énergie et du climat, notre addiction aux énergies fossiles nous met en grand danger.


« La crise énergétique de 2022 restera dans les mémoires. Tout comme la pénurie alimentaire internationale que risque de provoquer l’arrêt brutal des exportations de céréales ukrainiennes et russes. À nous d’en prendre acte et d’engager un vrai tournant vers la sobriété, l’efficacité énergétique et vers les énergies renouvelables qui sont produites localement. En attendant, oui il faudra faire des économies d’énergie et les pouvoirs publics devront maîtriser les conséquences sociales de la crise » ajoute Chloé Girardot-Moitié co-présidente du Groupe Écologiste au Conseil départemental.

Il est devenu moralement et stratégiquement impossible de s’approvisionner auprès de la Russie. TotalEnergies et l’ensemble des compagnies occidentales doivent arrêter immédiatement toutes activités qui pourraient bénéficier au régime russe.


Il est plus urgent que jamais de nous passer des énergies fossiles, pour protéger la facture des ménages et des entreprises, atténuer le réchauffement global et nous libérer du chantage de dictateurs, qu’ils soient russes, kazakhstanais ou saoudiens. Il est dramatique qu’il y ait besoin d’une guerre à nos portes pour que nous agissions enfin.



 

Contact presse : Colin Maheu-Gourmelon 06 78 57 52 81



Mots-clés :

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page