top of page
  • Photo du rédacteurGroupe écologiste de Loire-Atlantique

Emmanuel Macron et les énergies renouvelables : du vent, mais pas assez d’éoliennes

Communiqué de presse




Le président de la République se rend jeudi 22 septembre en Loire-Atlantique pour visiter les éoliennes en mer installées au large de Saint-Nazaire. Cette visite pourrait être un acte fort de soutien aux énergies renouvelables, si le bilan de monsieur Emmanuel Macron et de ses gouvernements successifs n’était pas aussi déplorable en matière de transition énergétique.


La France est le seul pays de l’Union européenne à n’avoir pas atteint ses objectifs de production d’énergies renouvelables en 2020. Alors que d’autres pays s’engagent résolument dans la transition énergétique (l’Allemagne par exemple envisage 100% d’ENR en 2035), l’obsession du gouvernement pour la construction d’EPR nous met gravement en retard car aucun ne verra le jour avant une quinzaine voire une vingtaine d’années.


« La crise énergétique que nous traversons vient bien sûr en grande partie de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. C’est d’ailleurs une bonne démonstration que les énergies renouvelables, surtout quand elles sont locales et citoyennes, sont des instruments de paix et de sécurité, contrairement aux produits fossiles et aux installations nucléaires, explique Laurent Dubost, co-président du groupe écologiste au Département de Loire-Atlantique Cependant elle dévoile aussi l’absence d’efforts entrepris ces dernières années pour diminuer notre dépendance aux énergies climaticides. »

Pour Chloé Girardot-Moitié, co-présidente du groupe écologiste et vice-présidente du Département de Loire-Atlantique en charge notamment de la transition énergétique : « Le gouvernement est à côté des enjeux : pas de plan massif de rénovation des bâtiments, non application de la stratégie bas carbone, rejet systématique de chaque proposition constructive (interdiction des vols intérieurs substituables par le train, des jets privés, des écrans publicitaires lumineux, régulations industrielles…). Ce sont les ménages qui doivent faire le plus d’efforts ! Et ce sont les plus pauvres des citoyennes et des citoyens qui devront payer le prix fort de la crise, c’est révoltant. »

Pour faire face à la crise que nous traversons, les écologistes appellent à un vrai plan de sobriété, d’efficacité énergétique et des investissements massifs et continus dans le temps, dans les énergies de substitution : éolien, photovoltaïque, géothermie, hydroélectrique…


La consommation d’énergie doit diminuer et les efforts doivent être équitablement partagés.



Les élu·es écologistes du Département de Loire-Atlantique enjoignent le président à brasser moins d’air et à s’engager pleinement dans la transition énergétique dont nous avons tous et toutes besoin. Il est encore temps d’agir à la hauteur des enjeux, nous espérons de toute nos forces que cette crise convaincra le gouvernement de changer de cap.




Chloé Girardot Moitié, Laurent Dubost,

Ombeline Accarion, Ugo Bessière, Louise Pahun





CONTACT PRESSE : Colin Maheu-Gourmelon 06 78 57 52 81 colin.maheugourmelon@loire-atlantique.fr

25 vues0 commentaire

Comments


bottom of page