top of page
  • Photo du rédacteurLouise Pahun

Louise Pahun: "Le Département n'est pas anti JO"

Suite à (l’énième) interpellation de l’opposition à propos de l’absence de subvention du Département au passage de la flamme olympique, Louise Pahun tenait à rappeler que le Département n’est pas anti JO


Votre posture m’oblige à me justifier à me justifier à chaque fois et ça vient un petit peu occulter toutes les actions que le Conseil Départemental de Loire-Atlantique fait pour les JO


La Loire-Atlantique n’est pas anti JO. On mène des actions nombreuses, ancrées dans le territoire, en coopération avec les acteurs et actrices du sport. C’est en profondeur, il y en a plein, elles sont nombreuses.


- La semaine prochaine, 800 enfants sont inscrits à une action à Saint Julien de Concelles


- Nous menons un travail de sensibilisation avec les équipes de l’animation sportive


- Une exposition


- Plus de 38 athlètes sont soutenus à hauteur de 2000 euros par an jusqu’à l’échéance


Faire passer votre petite affaire comme une défaite du Département est totalement faux. Au contraire, c'est un honneur de ne pas avoir accepté la flamme. J'en rappelle les raisons.


Bien sûr que le Département aurait apprécié avoir la flamme et bien sûr que c’est un bel événement. Et je vous le souhaite au prix qu’elle vous a coûté ! Mais on a souhaité ne pas y aller dans les conditions d’opacité dans lesquelles la flamme nous avait été présentée.


Ce produit est détenu par le Comité international olympique. Il vend cette flamme 450 000 euros par jour aux organisateurs de l’événement, Paris 2024. De ces 450 000, l’organisateur a décidé que les collectivités paieraient 180 000, le reste étant pris en charge par des sponsors privés, mais on a pas plus de données sur la répartition des coûts. Cette opération est honteusement élevé pour une parade de sponsors privés


Nous sommes pour les JO populaires, mais pas pour les nombreuses dérives que Paris 2024 engendre














7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page