top of page
  • Photo du rédacteurLaurent Dubost

« Mer en débat » ou « Mer en débâcle » ?

Session budgétaire 26 mars 2024

 

M le Président, chers collègues 

 

Avec 120 km de côtes 

Avec l'exploitation du premier parc éolien marin posé 

En étant une place touristique et sportive reconnue 

En disposant d’un grand port maritime, de ports de pêche et de plaisance 

Avec une seule petite île dont la protection a été renforcée par un arrêté Biotope et de nombreux ENS littoraux 


La Loire-Atlantique est un département à fort enjeu maritime. 


Certes la répartition des compétences territoriales ne nous met pas toujours en première ligne mais notre ambition sociale et écologique nous impose de regarder en face les grands bouleversements auxquels nous allons être confrontés. 



Reprenons l’inventaire de nos caractéristiques : 

  • 120 kms de côtes alors que l'augmentation du niveau de la mer s'accélère, cela veut dire d'énormes enjeux et d’énormes futures dépenses autour de l'érosion et du retrait du trait de côte avec un exemple tout à fait concret pour le Département qui est celui de la relocalisation de Mindin ! 

  • Un grand port maritime dont l'activité principale est largement tournée vers les énergies fossiles et qui accueille également des sites Seveso en zone inondable (dont Yara). Une activité de construction de paquebots dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'est pas tout à fait raccord avec un tourisme responsable et la nécessité de réduire drastiquement nos émissions de GES …tout ceci méritera également notre soutien pour une transition écologique maitrisée bien qu’urgente (aide mutation sociale). 

  • Un parc éolien dont l'extension proposée par l'Etat interpelle les pêcheurs 

  • Une place touristique et sportive reconnue certes.... Mais avec d'immenses problème d'hébergement pour nos locaux et nos saisonniers.  Mais aussi un bon état écologique des eaux côtières qui est loin d'être acquis. En effet sous l'influence de la Vilaine et de la Loire et d'une très forte pression démographique nos eaux côtières sont largement altérées, les blooms phytoplanctoniques deviennent la norme (nos eaux passent du jaune au vert fluo avec parfois des interdictions de baignade) 

Savez-vous que plus aucun club de plongée de Loire atlantique n'organise de plongée découverte à partir de la côte pour des problèmes de turbidité mais surtout de biodiversité à observer très faible.


Savez-vous que la fédération des conchyliculteurs des pays de la Loire note une baisse de productivité de leurs élevages de coquillages en lien avec la baisse du plancton, baisse du plancton en lien avec la pollution chimique, l’acidification des eaux, l’augmentation de température ?  Et je vous fais grâce des interdictions de commercialisation qui se multiplient pour ce secteur d’activité. 

N’oublions pas que ce même plancton est à l’origine de la production de 50% de notre oxygène terrestre. 


Savez-vous que nous battons en ce moment tous les records d'augmentation de température des océans, cela conduit à des déplacements importants des espèces de poissons, des coquillages (ex du Bulot), la prolifération des espèces invasives (le poulpe), des méduses, sans oublier les tourteaux atteints d’une forme de cancer (- 70% de pêche en 2023 dans le Finistère).  


Et je n’oublie pas nos paludiers de Guérande et d’Assérac qui seront les premières victimes de l’augmentation du niveau de l’Océan Atlantique. 


Actuellement à la CNDP organise une concertation intitulée « la mer en débat ». L'objectif de l'Etat est très concrètement d'imposer son schéma d'implantation des éoliennes en mer qu'elles soient flottantes ou posées. Malheureusement les considérations autour de la qualité des eaux qui est pourtant essentielle au renouvellement de la ressource halieutique passent au 2nd plan. Espérons qu'après une croissance verte qui a fait priorité à l'agro-industrie au détriment des équilibres environnementaux et de la biodiversité nous aurons une croissance bleue plus respectueuse du milieu qui l'accueille.


A titre personnel je me demande parfois si cette concertation n'aurait pas plutôt mérité le titre de la « Mer en débâcle » tant il me semble urgent d'alerter nos citoyens sur la dégradation rapide des milieux marins et malheureusement en Loire-Atlantique plus qu’ailleurs. 

 

Nous voterons ce budget en espérant que des moyens supplémentaires pourront être accordés dans le futur, à l’accompagnement de ces enjeux marins. 

 

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page