top of page
  • Photo du rédacteurChloé Giradot-Moitié

Sécuriser notre accès à l'eau potable

Lundi 17 octobre, le Département a lancé une étude pour un schéma départemental de sécurisation de l'eau potable

Chloé Girardot-Moitié coordonne le comité départemental de l'eau, qui a demandé au Département d'agir pour protéger l'eau potable.


Entre sécheresse, pollution et gaspillage, l'eau est de plus en plus rares et il faut absolument éviter l'émergence de conflits insolubles et réfléchir à l'échelle des bassins versants pour que tout le monde puisse boire et que les animaux et les plantes sauvages n'en manquent pas non plus.





Comme vous le savez, nous avons connu un été marqué par la sécheresse et la multiplication des incendies. Selon les relevés de Météo France, l’été 2022 serait le 2ème plus chaud jamais enregistré après 2003. Mais le constat d’alerte ne doit pas s’arrêté à cette période. En effet, un 1er arrêté de restriction de l’usage de l’eau a été pris par le Préfet dès le 4 mai.


Tous les premiers mois de cette année ont en réalité été plus secs que la moyenne. C’est bien un phénomène durable auquel nous devons faire face et nous savons que ces épisodes de sécheresse estivale vont devenir la norme et non plus l’exception pour les années à venir.


Les études prospectives du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), basées sur les données du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat (GIEC) nous montrent que les tensions deviendront plus fortes encore dans les prochaines décennies (2045-2065) en lien avec une baisse de l’alimentation des nappes, de 10 % à 25 %.



Au-delà du rôle du dérèglement climatique sur l’accélération des épisodes de canicule et de sécheresse, l’activité humaine – notre modèle de développement – est évidemment à la source de la dégradation de la qualité des masses d’eau. Au niveau régional, on estime que seules 11,3% des masses d’eau peuvent être considérées comme en bon état écologique. Le récent rapport du GIEC régional point ainsi que les prélèvements en eau liés à l’activité humaine n’ont cessé d’augmenter ces 12 dernières années. Un exemple parlant : si l’on continue à ce rythme, les débits de la Loire pourraient baisser de 50 à 60% à la fin de ce siècle.


Dans ce contexte, le Département a l’opportunité d’agir sur ce sujet avec la perspective de l’élaboration du nouveau schéma départemental de sécurisation de l’alimentation en eau potable de la Loire-Atlantique.


Le schéma actuel, élaboré pour la période 2007-2020 sous la maîtrise d’ouvrage du- Conseil départemental de Loire-Atlantique, arrive en fin de mise en oeuvre de ses principales actions et nous en avons fait le bilan et l’évaluation en 2021.


Sollicité par l’ensemble des acteurs de l’eau potable en Loire-Atlantique, réunis au sein du comité départemental de l’eau, le Département a accepté d’assurer la maitrise d’ouvrage de l’étude d’un nouveau schéma départemental 2050, ainsi que l’organisation des instances politiques et techniques de gouvernance dédiées.

L’objectif est bien d’associer l’ensemble des acteurs de l’eau pour agir ensemble. Aussi, le cahier des charges de cette étude a été élaboré de manière partenariale par le Département avec les collectivités productrices/distributrices d’eau potable, l’agence de l’eau et les services de l’État (ARS, DDTM, Préfecture).

Cette délibération vise à voter les crédits nécessaires à cette étude avec un financement prévu de 250 000€ sur les années 2023 et 2024. Un cofinancement de la part des collectivités et de l’Agence de l’eau sont également attendus.


Cette étude comportera 4 axes de travail :

- Les bilans ressources/besoins à échéance 15 ans et 30 ans en prenant en compte les potentialités connues en termes de ressources intégrant le changement climatique, l’évolution démographique, et les variations saisonnières

- La criticité (gravité X probabilité du dysfonctionnement) du système de production et de transport

- La proposition d’aménagements techniques répondant au bilan besoins-ressources et à la réduction de la criticité

- Les modalités organisationnelles d’échanges et de secours pour pallier la défaillance d’une installation de production ou de transport majeure en incluant des scénarii de gestion de crise en mode dégradé


Le futur schéma départemental sera donc élaboré durant l’année 2023 et sera soumis à votre approbation au début de l’année 2024.



6 vues0 commentaire
bottom of page