top of page
  • Photo du rédacteurGroupe écologiste de Loire-Atlantique

Synthèse du GIEC 1/5 : Des événements extrêmes de plus en plus fréquents et intenses


Le groupe d’experts internationaux sur le climat (GIEC) a publié le 20 mars le dernier document d’une série de rapports débutée en 2015. Cette synthèse compile l’ensemble des connaissances factuelles sur la réalité du réchauffement global lié aux émissions de gaz à effet de serre. Il détaille les conséquences sur la population planétaire, les moyens d’enrayer les dérèglements climatiques ainsi que ceux pour nous y adapter. Retrouvez tous les articles de notre série dédiée


La première constatation du rapport du GIEC est sans appel: les événements extrêmes (sécheresses, vagues de chaleur, inondations, incendies, cyclones tropicaux…) ne font que se multiplier ces dernières années et la tendance est n'est pas au ralentissement. On l’a vu lors de l’été 2022, les effets du changement climatique sont sous nos yeux. Que ce soit la Loire qu’on n’avait jamais vue si peu remplie, les chaleurs caniculaires quotidiennes (jusqu’à 45°C à Nantes), ou l’absence durable de pluie cet hiver sur plus de 30 jours, un record. Face à ces périls, les plus exposé·es, les plus vulnérables sont toujours les plus pauvres d’entre nous. Les moins responsables des dérèglements connaissent une double peine en payant les conséquences du comportement des plus aisé·es. Au niveau mondial, ce sont les pays du Sud qui en sont les plus grandes victimes, au niveau départemental, ce sont les plus précaires qui ne peuvent se protéger contre tous ces épisodes extrêmes. Le bilan est assez alarmant, mais face à cela les écologistes agissent, et en premier lieu au Département, au plus près des territoires, là où les initiatives naissent pour inverser cette dynamique. La priorité, bien sûr, est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement global de notre planète, première cause de ces événements extrêmes. Cela passe par la promotion du train express du quotidien et du RER métropolitain en Loire-Atlantique, accompagné par Ugo Bessière. Nous prônons ainsi le développement de mobilités douces et solidaires, et d’un accès à des moyens de se déplacer plus durablement pour toutes et tous. Le Département, avec le Territoires Energies 44 (ex-Sydela) appuie le dynamisme des énergies renouvelables, combat historique de Laurent Dubost, mené au Conseil Départemental par la vice-présidente déléguée aux ressources, Chloé Girardot-Moitié. C’est aussi par la rénovation des logements, leur isolation, que nous agissons depuis près de 2 ans désormais, en engageant le Département dans une démarche d’exemplarité environnementale pour tous les bâtiments dont il a la gestion. Au-delà de ces objectifs, il faut s’adapter, préparer nos territoires à affronter ces changements et stopper les projets pouvant les aggraver. Ombeline Accarion mène actuellement un projet de grande ampleur : le déménagement des établissements médico-sociaux de Mindin, qui sont actuellement très exposés au risque de submersion. Ce déménagement forcé par les dérèglements climatiques et la montée des eaux est l’occasion de repenser l’accompagnement et l’attention portée aux personnes en situation de handicap ainsi que, pour les salarié·es, la manière de travailler à leurs côtés. C’est aussi le sens de la stratégie d’adaptation portée par Chloé Girardot-Moitié qui vise à analyser l’ensemble des politiques départementales à l’aune des risques climatiques.




En Loire-Atlantique, les incendies se sont anormalement multipliés en 2022. Ici les niveaux enregistrés simplement entre le 18 mai et le 11 juillet dernier




5 vues0 commentaire
bottom of page